Socialist Project - home

The   B u l l e t

Socialist Project • E-Bulletin No. 1111
April 29, 2015

Socialist Project - home

The “Longue durée” of the Québec Spring

Pierre Beaudet
(Translation by Thomas Chiasson-LeBel)

As has been the case for several years, great mobilizations take place around the globe. We notice them when they are covered by mainstream media; although the coverage only occurs when these mobilizations reach their apex. Generally speaking, we fairly quickly jump to some other concerns, as if the Tahir square protests, the Madrid Indignados, or the street confrontations in Athens, Istanbul or Bangkok were merely sudden and short-lasting eruptions. That was notably how the Québec spring of 2012 was depicted. This large citizens’ movement, originally launched by a spectacular student strike, rapidly turned into something broader, of an unprecedented scope. Three years later, a new Québec spring is taking shape around a wide coalition: students, public sector unions, and public service users are leading to a growing multitude rising against the 1%.

The Depth of a Movement

This new “Québec spring” is neither a marginal nor a momentary reaction to any particular government's policy. In 2012, there certainly was the specific trigger of the tuition hike prompting a major student strike. But a closer look at what happened shows that several steps in the prior decade allowed for the movement to gain strength. In 2000 for instance, the Québec women's federation (Fédération des femmes du Québec, FFQ) organized a very important movement for advancing the condition of women. In 2001, the “Americas People's Summit” in Québec City and the protests against the Free Trade Area of the Americas (FTAA) promoted by the Canadian and U.S. governments led to the renewed wave of protest across the hemisphere, and the eventual defeat of the FTAA. In 2003, immediately after the election of a “shock” neoliberal government in Québec, strikes and protests forced the regime to shamefully back-off. In 2005, students took everybody by surprise when they paralysed their Cégeps and Universities and forced the government to withdraw its anti-student measures. In 2011, a great movement led by a coalition comprising a wide array of groups, from farmers, to suburbanites, to environmentalists and First Nations compelled the abandonment of shale gas exploitation projects. Some citizens built encampments in several cities, including Montréal and Québec, in the wake generated by the Occupy movement. As a final example: the student and popular movement of 2012 lasted for more than 5 months, actively mobilizing at least 500,000 people (of a total population of less than 8 million), and forced the resignation and the eventual electoral defeat of the governing party.

These moments of activism were certainly the result of continuous mobilization work of popular organizations, student associations, women's collectives, ecological groups, trade unions and others. In parallel, those organizations consolidated broad coalitions (the most important being the “Red Hands coalition”) where the majority accepted to support each other's struggles. Québec Solidaire emerged over the same period, and appears to be the beginning of a political alternative that coalesces not only political parties, but also certain sectors of the popular movement.

The New Right Wing’s Offensive

Here we are, in 2015, facing a new polarization. The 1%, analysing its recent defeats, re-tuned its organizations and unified its various factions around a coherent plan to try and win back the progress achieved by the popular sector. This alliance expresses itself through various right wing political parties with quasi-identical programs, all strongly supported by the few corporations monopolizing the mass media. Together, they promote two priorities in the struggle for ideas. They first defend the quasi-iconic “necessity of austerity,” inevitable for Québec to avoid becoming like Greece or Venezuela! The dominants have not really won this battle, notably because their proposal relies on false arguments that even the IMF recently rejected.

Hence the second battlefront: security. According to the state, Québec, and Canada as a whole, are threatened by a terrorist invasion. A few discrete and isolated events are used to stigmatize a great part of the population (migrants, refugees, people somehow related to Arab and/or Muslim cultures). It is this war of all-against-all that justifies the misuse of public funds toward militarization and also, if not mostly, to justify the adoption of numerous freedom-killing laws like the ones adopted in the United States and many Europeans countries. This is purposefully devised to blind us from other issues.

From One Spring to Another and Beyond

Facing this new offensive, the popular movement is getting mobilized. Since October (2014), over 700 protests have taken place from one side of the province to the other, in big cities and remote villages. Media cannot ignore marches of 150,000 people (November 2014), and 80,000 (April 2015), but they conceal the work being done outside of big cities by unlikely coalitions comprising unions, students, and several other sectors, even including elected municipal officials. Indeed, the attempted state re-engineering being pursued by the current government includes an actual slaughter of rural regions, where numerous institutions ranging from schools to healthcare facilities will be closed in the name of ‘austerity’.

A “coalition of coalitions” coordinates these movements toward a great day of action on May Day. It also projects several actions over the course of the summer eventually leading to an important workers’ strike next fall.

The polarization is still alive. To counter the popular movement, the Québec state uses fear, and exploits the movement's hesitation and internal divisions. Unlike 2012, students have not been able to sufficiently expand their strike. Sub-groups attempted ill-prepared localized “commando” actions. This strike, which was devised to generate wider support, did not achieve its goals despite the tens of thousands of students who showed their pugnacity and resolve, notably through the Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ).

The deepening and extension of movements depends on several factors, notably the linkages between the student movement, the citizenry, and the 350,000 employees of the public sector who all have to cope with the austerity measures. These measures will create a tremendous retrogression for working conditions and wages, not only in the public sector, but for all wage earners. So far the three main union federations (CSN, FTQ, CSQ) are still evaluating their course of action to act upon those policies.

It remains impossible to predict the future, but without romanticism or ingenuity it still makes sense to think of the current movement as being engaged in a “longue durée” struggle. As we say: we are not running a sprint, but a marathon. •

Pierre Beaudet is active in international solidarity and social movements in Québec. He is founder of the Québec NGO Alternatives, and editor of Nouveaux cahiers du socialisme.

La longue durée du «printemps québécois»

Pierre Beaudet

Depuis déjà un certain nombre d’années, de grandes mobilisations populaires ont lieu aux quatre coins du monde. On en prend note quand les médias en parlent, ce qu’ils font quand ces mouvements atteignent leurs points culminants. Généralement, on passe vite à autre chose, comme si l’occupation de la place Tahrir, ou les grandes confrontations à Madrid, Athènes, Istanbul, Bangkok et ailleurs, étaient des irruptions soudaines et de courte durée. C’est ce qui a été rapporté notamment sur le «printemps québécois» amorcé en 2012 par une spectaculaire grève étudiante qui s’est vite transformée en mouvement citoyen d’une ampleur sans précédent. Trois ans plus tard, un nouveau «printemps québécois» s’esquisse autour d’une coalition beaucoup plus large : étudiantes, syndiqué-es du secteur public, usagers des services et en fin de compte, toute une multitude qui se lève contre le 1%.

Un mouvement en profondeur

D’emblée, ce «printemps québécois» n’est pas un épiphénomène ni une réaction momentanée à telle ou telle politique gouvernementale. Bien sûr en 2012, il y a eu le «déclencheur» de la grève étudiante contre la hausse projetée des frais de scolarité universitaires. Mais si on regarde attentivement ce qui s’est passé, on voit bien les étapes qui ont permis au mouvement populaire d’accumuler des forces tout au long de la décennie. En 2000 par exemple, une formidable mobilisation a été mise en place par la Fédération des femmes du Québec. En 2001, le «Sommet des peuples» des Amériques à Québec a coalisé les organizations contre les projets de libre-échange promus par les gouvernements des États-Unis et du Canada, ce qui s’est conclu par une relance des mobilisations à travers l’hémisphère et la défaite subséquente des projets en question. En 2003 au moment de l’élection d’un gouvernement néolibéral de choc au Québec, des grèves et des manifestations ont forcé le régime à un honteux repli. En 2006, rebelote avec les étudiants qui à la surprise générale paralysaient les universités et imposaient encore une fois la suspension des mesures anti-étudiantes. En 2011, une grande mobilisation a forcé l’arrêt des projets d’exploitation du gaz de schiste, à travers de vastes coalitions impliquant paysans, suburbains, écolos, Premières nations. Dans le sillon du mouvement Occupy, des citoyens ont installé des campements permanents dans plusieurs villes y compris Montréal et Québec. Et finalement le mouvement de 2012 qui, tel qu’évoqué auparavant, a duré 5 mois, mobilisé environ 500 000 personnes (sur une population de moins de 8 millions), forcé la démission (et sa défaite électorale subséquente) du gouvernement.

À travers ces épisodes, il y a eu bien sûr le travail «de fourmi» des organisations populaires, des étudiants, des femmes, des écolos, des syndicats et des autres. Il y a eu parallèlement la consolidation de grandes coalitions (la plus importante étant la coalition «Mains rouges») où presque tout le monde a accepté de collaborer aux luttes des uns et des autres. Et il y a eu l’essor de Québec Solidaire, qui qui est ressorti comme le début d’une alternative politique réunissait non seulement la gauche politique mais aussi plusieurs secteurs du mouvement populaire.

La nouvelle offensive de la droite

On se retrouve donc en 2015 avec une nouvelle polarisation. Le 1%, conscient de ses défaites passées, a fait le «ménage» de ses instances politiques et organisationnelles, unifiant les diverses factions autour d’un projet cohérent pour faire effacer les avancées du mouvement populaire. Cette coalition se regroupe autour de plusieurs partis de droite au programme quasiment identique, fortement appuyés par l’univers médiatique monopolisé par quelques méga entreprises. La bataille des idées menée met alors de l’avant deux priorités. Il y a d’abord la «nécessité de l’austérité», présentée comme une quasi religion, «incontournable» et nécessaire, sinon le Québec deviendra la Grèce ou le Venezuela ! Cette bataille, les dominants n’ont pas réussi à vraiment la gagner, en partie parce qu’elle repose sur des arguments fallacieux, que même le FMI a contredit dernièrement ! Il y a donc parallèlement un autre champ de bataille autour de la question sécuritaire. Selon l’État, le Québec (et même l’ensemble du Canada) est littéralement menacé d’une invasion terroriste. Quelques incidents isolés sont utilisés non seulement pour faire peur mais pour profiler une grande partie de la population (immigrant-es, réfugié-es, populations d’ascendance islamique ou arabe). C’est la guerre-de-tout-le-monde-contre-tout-le-monde, pour justifier le détournement des fonds publics vers la militarisation et aussi et surtout, vers une panoplie de législations liberticides semblables à celles qui sont imposées aux États-Unis et dans plusieurs pays européens. Évidemment avec tout cela, on «oublie» le reste.

D’un printemps à l’autre et au-delà

C’est devant cette nouvelle offensive que le mouvement populaire se mobilise. Depuis octobre dernier (2014), plus de 700 mobilisations ont eu lieu d’un bout à l’autre du Québec, dans les grandes et moyennes villes et même dans les patelins reculés. Même si les médias ne peuvent cacher des manifestations de 150 000 personnes (novembre 2014), de 80 000 personnes (avril 2015), on occulte le travail en régions où des coalitions inédites sont animées par des syndicats, des étudiants et plusieurs autres secteurs, y compris assez souvent des élus municipaux, En effet, la «réingénierie» espérée par le régime actuel implique un véritable massacre des régions où seront fermées de nombreuses institutions scolaires et de santé au nom de la nécessaire «austérité».

Une «coalition de coalition» coordonne ses mouvements qui doivent aller vers une grande journée de mobilisations et de perturbations le premier mai prochain, ainsi que diverses actions tout au cours de l’été conduisant possiblement à des mouvements grévistes de très grande envergure à l’automne prochain.

Jusqu’à maintenant, la polarisation demeure. En plus de jouer sur la peur, le régime utilise les  hésitations et les divisions de certains mouvements. Les étudiants, par exemple, ne sont pas parvenus à étendre suffisamment le mouvement de grève, comme ils l’avaient fait en 2012. Certains groupes se sont lancés dans des actions de commandos mal pensées. La grève qui se voulait un départ pour un mouvement social plus large n’a pas atteint ses résultats même si, plusieurs dizaines de milliers d’étudiant-es ont encore une fois démontré leur combativité et leur détermination autour des principales organisations comme l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ).

L’approfondissement et l’extension du mouvement dépendent de plusieurs facteurs dont la jonction entre les mouvements étudiants et citoyens et les 350 000 employés du secteur public qui se retrouvent face aux politiques d’austérité dont l’impact serait une formidable régression des conditions de travail et de salaires non seulement pour le secteur public, mais pour l’ensemble des salarié-es. Pour le moment, les trois grandes confédérations syndicales (CSN, FTQ, CSQ) discutent encore des moyens à mettre en place pour confronter ces politiques. •

Comments

Comments are now closed.
Join the debate on Facebook


« Previous
~~~~~~~~~~~~~~~(((( The   B u l l e t ))))~~~~~~~~~~~~~~~
• ISSN 1923-7871 •
Next »

 
Share: Delicious  Digg  Facebook  Google bookmark  MySpace  Pinterest  Reddit  StumbleUpon  Twitter  RSS
 

 
 
^ Back to Top ^